Finalistes des 40es Prix du magazine canadien

FinalistesHeader

Les Prix du magazine canadien ont le plaisir d’annoncer les finalistes de la 40e édition anniversaire.

[ Site des finalistes ] [ Billets pour le gala ]  [ Liste des finalistes PDF ]

Quelque 197 publications canadiennes de part et d’autre au pays ont participé à la 40e édition des prix. Des magazines imprimés et numériques, publiés en français ou en anglais, ont soumis les œuvres rédactionnelles et visuelles de plus de 2 000 artisans de l’industrie. Après plusieurs semaines de délibérations, les 112 juges bénévoles de la Fondation ont sélectionné 202 candidatures soumises par 75 périodiques.

Sans plus attendre, voici les finalistes des 40es Prix du magazine canadien!

 

FINALISTES – MAGAZINE DE L’ANNÉE

Deux publications québécoises figurent parmi les cinq périodiques finalistes pour le titre de Magazine de l’année : Nouveau Projet (Atelier 10), et Ricardo (Ricardo Media).

Nouveau Projet, qui célèbre cette année ses 5 ans, est en lice dans cette catégorie pour la 4e année consécutive. En 2015, le magazine avait remporté les grands honneurs en décrochant le titre convoité. Du côté de Ricardo, il s’agit d’une première nomination au titre de publication de l’année. L’équipe du magazine avait toutefois remporté la médaille d’or l’an dernier dans la catégorie Meilleure marque d’un magazine, qui a été fusionnée à la catégorie Magazine de l’année en 2017.

FINALISTES – DIRECTION ARTISTIQUE D’UN NUMÉRO

PUBLICATIONS QUÉBÉCOISES & FRANCOPHONES
L’ensemble des magazines québécois et francophones cumule un total de 58 nominations. Les publications en lice sont Air Canada enRoute, B-SIDE, Caribou, Châtelaine, Conseiller, Dînette Magazine, DTK Men, Esquisses, esse Arts + Opinions, Jeu, Revue de théâtre, L’actualité, Maisonneuve, Nouveau Projet, Québec Science, Pour parler profession et Ricardo.

FINALISTES – ILLUSTRATIONS

FAITS SAILLANTS – CRÉATEURS FRANCOPHONES
Dans les catégories rédactionnelles, de nombreux journalistes et auteurs québécois figurent parmi les finalistes pour une première fois en carrière :

Anne-Marie Luca, Nael Shiab (L’actualité)
Marie-Sophie Banville, Martin Gilbert, Audrée Wilhelmy, Chloé Savoie-Bernard        (Nouveau Projet)
Hélène Lefranc (Esquisses)
Jean-François Venne (Conseiller)
Françoise Major, Xavier Inchauspé (Jeu, Revue de théâtre)

Soulignons également les finalistes francophones en lice cette année qui cumulent un nombre impressionnant de nominations depuis le début de leur carrière journalistique :

Louise Gendron (Châtelaine) – 33e nomination
Jonathan Trudel (L’actualité) – 27e nomination
Dominique Forget (Québec Science, Châtelaine, Jobboom, ELLE Québec, L’actualité) – 14e nomination
Pierre Fortin (L’actualité) – 13e nomination
Alec Castonguay (L’actualité) – 12e nomination

FINALISTES – DIRECTION ARTISTIQUE D’UN SEUL ARTICLE

PREMIÈRE NOMINATION – MAGAZINE QUÉBÉCOIS OU FRANCOPHONE
Sept périodiques québécois ou francophones se sont taillé une place parmi les finalistes pour récolter leur première nomination aux Prix du magazine canadien. Il s’agit de Conseiller, Esquisses, Pour parler professionesse Arts + Opinions Jeu, Revue de théâtre, B-SIDE et Dînette Magazine.

 

FINALISTES – PAROLES ET IMAGES

CRÉATEURS LES PLUS CITÉS

Omar Mouallem – 4 nominations (Avenue, Hazlitt, Sharp, University Affairs)
Catherine Perreault-Lessard – 3 nominations (Châtelaine, L’actualité, Ricardo)
Richard Kelly Kemick – 3 nominations (Geist, MaisonneuveThe New Quarterly)
Nancy McDonald – 3 nominations (Maclean’s)
Katherine Laidlaw – 2 nominations en tant qu’auteure; 6 en tant que rédactrice-réviseure (The Walrus)

De nombreux créateurs récoltent deux nominations chacun :
Gérard DuBois (L’actualité)
Nael Shiab (L’actualité)
Byron Eggenschwiler (Vancouver Magazine)
Bruce Livesey (Report on Business)
Jason McBride (Canadian Art, Toronto Life)
Mark Pupo (Toronto Life)
Virginia McDonald (Air Canada enRoute)
Peter Ash Lee (Corduroy)
Chris Nicholls
(FASHION Magazine)

FINALISTES – MEILLEURE PAGE COUVERTURE

 

MAGAZINES LES PLUS CITÉS
L’actualité, qui obtient 13 nominations, est en tête des magazines francophones, et au second rang parmi l’ensemble des participants. La publication récolte dix nominations dans les catégories rédactionnelles, deux dans les catégories visuelles et une dans les catégories intégrées.

The Walrus – 14
L’actualité – 13
Report on Business – 11
AirCanada enRoute – 8
Nouveau Projet – 8
Hazlitt – 6
Maclean’s – 6
Ricardo – 6
Toronto Life – 6
Maisonneuve – 5

FINALISTES – MEILLEUR DOSSIER THÉMATIQUE


MEILLEUR AUTEUR DE LA RELÈVE
Ce prix sera octroyé à un journaliste dont les premières œuvres publiées dans un magazine démontrent un haut degré de maîtrise et laissent présager un avenir prometteur dans le métier. Les finalistes sont :

  • Kyle Edwards (Maclean’s)
  • Viviane Fairbank (Ryerson Review of Journalism)
  • Amorina Kingdon (Hakai Magazine)
  • Eternity Martis (Hazlitt)
  • Sharon J. Riley (Maisonneuve)

FINALISTES – MEILLEUR DOSSIER THÉMATIQUE : SERVICE

PRIX DE LA FONDATION POUR CONTRIBUTION EXEMPLAIRE

CPENNY
Portrait de Penny par Daniel Ehrenworth

La lauréate du Prix de la Fondation pour contribution exemplaire 2017, annoncée le 19 avril, est Madame Penny Caldwell, éditrice du magazine Cottage Life. Également mentore, professeure, bénévole au sein de plusieurs associations et jurys, et fervente partisane d’un renforcement de notre communauté, Mme Caldwell a marqué l’industrie du magazine canadien de façon indélébile. La FPMC est fière de rendre hommage à la carrière exceptionnelle de cette chef de file de l’industrie.

Visitez magazine-prix.com pour lire la biographie de Penny Caldwell.

 

 

Visitez notre site dédié aux finalistes pour tous les détails!

40e GALA ANNIVERSAIRE – SOYEZ DE LA FÊTE!
Les lauréats des médailles d’or et d’argent seront dévoilés lors du 40e gala anniversaire des Prix du magazine canadien, qui se tiendra le 26 mai à l’Arcadian Court de Toronto. Dans la plupart des catégories, une bourse de 1 000 $ sera remise aux gagnants de médaille d’or.

[ Achetez vos billets pour le gala à magazine-prix.com ]

combined_taglinefrench

REMERCIEMENTS

La Fondation des Prix du magazine canadien remercie BookmarkCDS Global, Access Copyright, Canadian Writers Group, Alberta Magazine Publishers Association. Grâce à leur généreux soutien, des billets à prix réduit (35 $) seront offerts aux pigistes en nomination cette année (quantité limitée).

La Fondation tient à souligner le soutien du gouvernement du Canada, du Conseil des arts de l’Ontario et de la Société de développement de l’industrie des médias de l’Ontario (SODIMO).  La Fondation remercie ses généreux commanditaires : TC Transcontinental Printing, Rolland Enterprises, CNW, Goetz Storytelling, Impresa Communications et Studio Wyse.

Le Prix de la Fondation pour contribution exemplaire 2017 est octroyé à Penny Caldwell

CPENNY
Penny  Caldwell – Portrait par le photographe Daniel Ehrenworth

La FPMC est fière de remettre le Prix de la Fondation pour contribution exemplaire 2017 à Madame Penny Caldwell, éditrice et vice-présidente de Cottage Life Media. Il s’agit de la plus haute distinction octroyée par la Fondation à un individu œuvrant dans l’industrie du magazine au Canada.

BIOGRAPHIE DE LA LAURÉATE 2017, PENNY CALDWELL
Lorsque Penny commence sa carrière en tant que journaliste pigiste, elle écrit des articles pour des magazines de sport et de nautisme, à un moment où peu de femmes couvrent ce type de sujets. Au cours de l’été 1988, une nouvelle publication énergique nommée Cottage Life voit le jour, et Penny est recrutée pour écrire un article portant sur l’achat d’une planche à voile. « Il n’y a aucun doute, » écrit Penny au début de son tout premier texte pour Cottage Life, « les jours d’été chauds et paisibles sont plus agréables au chalet – et c’est encore mieux si vous pouvez passer la plupart de votre temps dans et près de l’eau. »  C’est toujours ce qu’elle pense aujourd’hui.

Dès ses modestes débuts de journaliste pigiste, Penny développe et affûte la panoplie de compétences journalistiques et de qualités de chef de file qu’elle personnifie aujourd’hui. Nommée rédactrice en chef de Cottage Life en l’an 2000, elle se taille rapidement une réputation de rédactrice passionnée et souvent acclamée. Au cours des quinze années dans ce rôle, elle est élue Rédactrice de l’année à quatre reprises par la Canadian Society of Magazine Editors, tandis que Cottage Life remporte le titre de Magazine de l’année aux Prix du magazine canadien en 2003 et à nouveau en 2014. « Le style de Penny », nous confie Al Zikovitz, président de Cottage Life, « se caractérise par sa conscience professionnelle, sa diplomatie et sa gentillesse. Elle prend toujours le temps de répondre aux questions. Même lorsque l’échéancier est très serré, elle trouve le temps de respecter les normes rigoureuses qu’elle s’impose à elle-même et qu’elle inspire chez ses collègues. »

Conformément à l’évolution des rôles d’un leader de magazine moderne, Penny devient alors directrice de marque, puis vice-présidente de la stratégie et du développement du contenu, avant d’accéder au poste d’éditrice en 2015, succédant ainsi à Al Zikovitz. Cette même année, le jury des Prix du magazine canadien décerne à Cottage Life le prix de la Meilleure marque d’un magazine pour son niveau d’innovation qui redéfinit la norme de l’industrie et réussit au-delà de l’imprimé grâce à des extensions de marque dynamiques et prospères. « En tant qu’éditrice, Penny a su s’adapter aux changements et servir son lectorat au travers de plateformes médiatiques diverses », partage D.B Scott, consultant en magazine. « Cela comprend l’édition papier, le numérique, la télévision, le commerce électronique et les évènements.» Aujourd’hui, Cottage Life touche plus de six millions de Canadiens chaque année grâce à ce qui est peut-être la marque de magazine la plus perspicace du pays.

La renommée de Penny s’étend bien au-delà des murs de l’ancien quartier général douillet de Cottage Life, au 54 rue St-Patrick à Toronto. En effet, cette mentore, professeure, bénévole, et fervente partisane d’un renforcement de la communauté du magazine a marqué cette industrie de façon indélébile. Elle a été membre du premier groupe de travail de Magazines Canada qui développa les directives de l’industrie en matière de publicité et d’éditorial, et a siégé aux comités de développement des programmes MagsU et MagNet. Dans le cadre du programme sur le journalisme de magazine et l’édition web de l’Université Ryerson, elle a transmis à la relève les moindres détails sur la meilleure façon de faire carrière dans le monde du magazine. La plupart de ses collègues ont pu constater son désir de découvrir de nouveaux talents dans l’industrie et de trouver des occasions de mentorer les autres. « Penny cherche à créer des liens entre les personnes qu’elle rencontre », raconte Jess Ross, directrice du contenu multiplateforme chez TVA Publications. « Elle sait qu’encourager les talents émergents dans notre industrie augmente considérablement nos chances collectives de succès, c’est-à-dire d’avoir des magazines canadiens sains et prospères. »

Penny a été membre bénévole de nombreux jurys, comités et conseils d’administration (y compris au sein de la FPMC de 2004 à 2010). Elle occupe actuellement le poste de présidente de l’International Regional Magazine Association (IRMA), où elle préside des comités de prix et donne de nombreuses conférences. Elle a aussi participé au développement de l’IRMA Connection, une initiative ayant pour but d’améliorer la communication et l’apprentissage entre les membres. « Penny prend toujours le temps d’aider ceux qui en ont besoin; son ardeur au travail et sa capacité à résoudre les problèmes sont impressionnantes », déclare Tara Flint, directrice générale d’IRMA. « Elle encourage les discussions positives et tire le meilleur de chacun. »

Kim Pittaway, récipiendaire du Prix pour contribution exemplaire l’an dernier, résume très bien le tout : « la carrière de Penny est un exemple de ce qui se fait de mieux en matière de gestion de magazine : un profond respect pour le public, un dévouement pour la qualité supérieure, un désir d’innovation, et le respect et l’encouragement des talents avec lesquels elle travaille. »

Pour l’excellence de son sens de l’initiative dans tous les rôles qu’elle a exercés, la FPMC est fière de remettre la 40e édition du Prix de la Fondation pour contribution exemplaire à Madame Penny Caldwell. Mme Caldwell recevra cette distinction à l’occasion du 40e gala anniversaire des Prix du magazine canadien qui aura lieu le 26 mai prochain à Toronto.

Pour en savoir plus au sujet du Prix de la Fondation pour contribution exemplaire, veuillez consulter le site web des Prix du magazine canadien.

combined_taglinefrench

À PROPOS DE L’ÉDITION 40e ANNIVERSAIRE DES PRIX DU MAGAZINE CANADIEN
Les finalistes de la 40e édition seront annoncés ce jeudi 20 avril sur le site web et le blogue des Prix du magazine canadien. Les lauréats seront dévoilés à l’occasion du 40e gala anniversaire, qui se tiendra le 26 mai prochain à l’Arcadian Court de Toronto. Les billets seront mis en vente dès demain à www.magazine-prix.com.

COMMANDITES
Pour en savoir davantage au sujet des possibilités de commandites, veuillez communiquer avec Barbara Gould, directrice générale de la FPMC, à staff@magazine-awards.com. 

 

 

Merci aux participants de la 40e édition ! Et maintenant, place à l’évaluation

copy-of-thank-you-1

Nous sommes ravis d’annoncer que plus de 1 000 candidatures ont été soumises dans le cadre de la 40e édition anniversaire des Prix du magazine canadien ! Quelque 197 publications ont soumis leurs œuvres dans les 25 catégories de prix. L’édition 2016-2017 est aussi marquée par l’augmentation du nombre de candidatures provenant de magazines francophones.

Nous remercions sincèrement les éditeurs, rédacteurs en chef, directeurs artistiques et créateurs – et tout spécialement les 200 pigistes – qui ont participé cette année.

Puisque notre mission est de représenter les créateurs canadiens et de promouvoir leurs œuvres auprès du public, la Fondation organise depuis maintenant quarante ans un programme de prix honorant les qualités qui caractérisent le journalisme canadien :  l’excellence, la détermination et l’innovation.

Maintenant que l’appel de candidatures est terminé, c’est au tour de nos quelque 120 juges bénévoles de prendre le relai.  Leur rôle est essentiel pour notre programme de prix. Leurs points de vue variés et l’intégrité dont ils font preuve représentent aussi le meilleur du journalisme. Leur travail permettra de récompenser les efforts des créateurs et publications qui le méritent, et les œuvres qu’ils choisiront d’honorer deviendront des références au sein de l’industrie et seront aussi synonymes d’excellence pour les lecteurs. Nous remercions sincèrement les membres de notre jury de se dévouer pour le bien-être de notre industrie.

Les finalistes seront annoncés le 20 avril prochain, et les gagnants dévoilés à l’occasion de la cérémonie de remise des prix qui se tiendra à Toronto. Dans les catégories visuelles et rédactionnelles, les lauréats de la médaille d’or recevront une bourse de 1 000 $.

Nous vous invitons à suivre notre blogue, sur Twitter @PrixMag et à vous abonner à notre infolettre pour ne pas manquer l’annonce des finalistes.

oa2017_fr

La Fondation accepte en ce moment les mises en nomination pour le Prix de la Fondation pour contribution exemplaire ainsi que pour le Prix pour le rayonnement international. La date limite pour faire parvenir un dossier de candidature est le mercredi 1er mars.

combined_taglinefrench

Dernier appel pour les Prix d’excellence en publication numérique

DERNIÈRE CHANCE!

L’appel de candidatures pour la 2e édition des Prix d’excellence en publication numérique prend fin ce soir, le 31 janvier à minuit. Les candidatures sont acceptées en ligne à digitalpublishingawards.ca dans les 22 catégories de prix honorant les réalisations exceptionnelles des créateurs de l’industrie numérique au pays.

Vous êtes pigistes? Profitez d’une réduction de 50% sur le coût de vos deux premières candidatures. Nous invitons les journalistes, réalisateurs, designers, photographes et autres créateurs indépendants à soumettre vos œuvres!

Dans les catégories individuelles, les grands gagnants reçoivent une bourse de 500 $.

Vous éditez une petite publication? Si le revenu annuel de votre publication est de 200 000 $ ou moins, vous pourriez être admissible à une remise équivalente à une candidature gratuite. Profitez-en!

fr-1

Visitez submissions.digitalpublishingawards.ca pour soumettre vos meilleures œuvres de 2016 ! N’hésitez pas à communiquer avec notre équipe si vous avez des questions : info@digitalpublishingawards.ca.

Juges de la 40e édition des Prix

Pour la 40e fois, la Fondation des Prix du magazine canadien lançait le 1er décembre dernier l’appel de candidatures pour les Prix annuels du magazine canadien. C’est donc depuis 1977 que la Fondation a pour mission de célébrer l’excellence et de promouvoir les œuvres des auteurs, journalistes, photographes, illustrateurs d’ici. Sans le dévouement et la générosité de nos juges bénévoles, la Fondation ne pourrait remplir cette importante mission ! Nous sommes ainsi extrêmement reconnaissants envers les professionnels du milieu qui acceptent, année après année, de se prêter au jeu.

Sans plus tarder, la Fondation a le plaisir de présenter les juges francophones pour la 40e édition des Prix !  Relever ce défi pourrait vous intéresser ? Il reste encore quelques places au sein de notre jury francophone. Cliquez ici pour obtenir plus de détails et écrivez-nous à staff@magazine-awards.com.

Jury francophone 2017

simondiotte

Journaliste indépendant, Simon Diotte prête sa plume à une multitude de publications, dont L’actualité, Les Affaires Plus et Coup de pouce. Il est aussi rédacteur en chef d’Oxygène, un magazine de plein air.

dominiqueforget

Dominique Forget est reporter à l’émission Découverte sur les ondes d’ICI Radio-Canada télé. Elle est également chroniqueuse santé au magazine L’actualité. Elle a collaboré à de nombreux magazines au cours de sa carrière, dont Québec Science. Elle siège au conseil d’administration de la Fédération mondiale des journalistes scientifiques.

arnaudgranata

Arnaud Granata dirige le média spécialisé Infopresse qui couvre le monde du marketing, de la publicité et des médias au Québec ou il y a débuté comme recherchiste 10 ans plus tôt. Il anime débats, tables rondes et entrevues et il commente aussi l’actualité des marques et des médias à l’émission Medium Large à Ici Radio-Canada Première. On le voit régulièrement à la télé pour parler pub, consommation, médias et tendances (TVA, RDI, ICI Télé). Son dernier livre, Le pouvoir de l’échec a été publié en septembre 2016. Arnaud a également écrit avec Stéphane Mailhiot le livre Tout ce que les publicitaires ne vous disent pas, publié en avril 2015 aux Éditions La Presse. Il est le concepteur et le journaliste de la série documentaire 30 secondes pour changer le monde à Télé-Québec qui explore douze causes sociétales et leurs enjeux de communications. (Crédit photo : Julie Artacho)

emmanuelkattan

Né à Montréal, Emmanuel Kattan est directeur du British Council à New York. Il a étudié la philosophie à l’Université de Montréal et à Oxford, en tant que boursier Rhodes, et obtenu son doctorat à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Il partage sa vie entre l’écriture et les relations culturelles. Il est l’auteur de trois romans parus aux Éditions Boréal : Nous seuls (2008), Les Lignes de désir (2012) et Le portrait de la reine (2013). Il collabore régulièrement à l’émission Plus on est de fous, plus on lit, diffusée à la Première chaîne de Radio-Canada.

christinelanthier

Christine Lanthier est la rédactrice en chef du magazine Esquisses, publié par l’Ordre des architectes du Québec. Elle assure également la présence de l’organisme sur les réseaux sociaux. Auparavant, elle a coordonné de nombreux projets d’édition chez Jobboom, pour l’imprimé, le Web et les tablettes.

claudialarochelle

Claudia Larochelle est auteure (Les bonnes filles plantent des fleurs au printempsLes îles CanariesJe veux une maison faite de sorties de secours – Réflexions sur la vie et l’oeuvre de Nelly ArcanLa doudou qui ne sentait pas bon, etc.) et journaliste indépendante spécialisée en culture et société. Elle a animé pendant quatre saisons l’émission LIRE sur ICI ARTV et elle reprend le flambeau en animant le webmagazine LIRE, dont le club de lecture en ligne compte plusieurs milliers d’abonnés. Elle est chroniqueuse sur ICI Radio-Canada radio et télé, entre autres à l’émission Marina et les vendredis en direct avec Patrice Roy au TJ 18h. On peut la suivre sur Facebook et Twitter : @clolarochelle. (Crédit photo : Maude Chauvin)

stephanelauer

Stéphane Lauer est correspondant du Monde à New York depuis 2013. Diplômé du Centre d’Enseignement du Journalisme de Strasbourg (CUEJ) et de l’Institut des Études Politiques de Toulouse, il a participé à la création de la radio BFM avant d’entrer au Monde en 1994. Journaliste au service économie du journal, il prend la tête de ce service en 2008 avant de devenir éditorialiste en 2011.

helenematteau

Hélène Matteau exerce depuis toujours dans le domaine des communications, et plus particulièrement du journalisme, à la télé, à la radio et l’écrit. Elle a travaillé 25 ans à la direction de magazines.

juliefortier

Julie Fortier travaille dans les médias depuis maintenant 18 ans. Après avoir travaillé plusieurs années en télévision à la recherche et en information, elle a transité ensuite vers le milieu du web notamment au sein de l’équipe de PasseportSanté.net. Actuellement responsable éditoriale pour Naître et grandir, elle encadre l’équipe de rédaction dans la production de contenu sur les différentes plateformes (magazine, web, infolettre et médias sociaux). Au fil des années, elle a aussi publié plusieurs nouvelles et billets de blogue.

juditholiver

Après des études de littérature et de sociologie politique, Judith Oliver s’est tournée vers le journalisme. Elle est aujourd’hui la rédactrice en chef adjointe du magazine primé Nouveau Projet.

fn

Frédéric Nicoloff est journaliste à la radio et à la télévision de Radio- Canada depuis 1978. Il a animé plusieurs émissions d’affaires publiques et a reçu un prix Judith-Jasmin.

catherineperreault-lessard

Catherine Perreault-Lessard est journaliste indépendante (L’actualité, Reader’s Digest, Châtelaine, La Presse). Auparavant, elle était rédactrice en chef des versions française et anglaise du magazine Ricardo. Elle a également été rédactrice en chef du magazine Urbania pendant de nombreuses années.

jean-nicolassaucier

Jean-Nicolas Saucier, actuel rédacteur en chef d’Afrique Expansion Magazine, est actif dans l’univers médiatique depuis 20 ans. Il a sévi sur toutes les tribunes, du magazine à la radiodiffusion, de la presse écrite au domaine Web. Il est passé par l’hebdomadaire culturel Voir, la Société Radio-Canada, le site Canoë de l’Agence QMI où il était en charge de la section Actualité, en plus de diverses collaborations magazines, dont L’actualité plus récemment.

img_1090-1

Danielle Stanton est journaliste depuis plus de 20 ans. Elle a signé plus d’une centaine d’articles (reportages, portraits, dossiers…) touchant aussi bien la culture que les tendances sociales émergentes ou la science dans de nombreux magazines au Québec (L’actualité, Elle Québec, La Gazette des femmes, Sélection du Reader’s Digest…) et ailleurs (L’EXPRESS).

melaniethivierge

Directrice principale de l’Information de La Presse, responsable des contenus «soft news», Mélanie Thivierge est arrivée à La Presse en 2012 afin de développer une section quotidienne de type Style de vie exclusive à La Presse+. Auparavant, elle a évolué pendant plus de 10 ans dans l’univers des magazines grand public, notamment chez Châtelaine et Coup de pouce où elle a été tour à tour rédactrice en chef, directrice éditoriale et éditrice adjointe.

mylenetremblay

Journaliste indépendante, Mylène Tremblay s’intéresse à tout ce qui touche les phénomènes de société – famille, éducation, condition des femmes, culture. En 2010, elle a remporté le prix de la meilleure interview aux Grands Prix des magazines du Québec. En 2015, son reportage sur les enfants intersexués, publié dans Châtelaine, lui a valu le Prix du magazine canadien et a fait l’objet d’un documentaire, Ni fille ni garçon, diffusé à l’automne 2016 à Télé-Québec.

violainecharest-sigouin

Violaine Charest-Sigouin écrit pour des magazines depuis plus de 10 ans. Elle a notamment été responsable des sections reportages et culture de ELLE QUÉBEC, rédactrice principale de Châtelaine, rédactrice en chef d’un magazine de voyage, adjointe à la rédaction d’enRoute, en plus de collaborer à de nombreuses publications dont Ciné-Bulles, Coup de pouce, Loulou, magazine Mercedes-Benz, Nouveau Projet et Voir.

annemarievoisard

 

 

 

 

 

 

Lauréate du Prix Judith-Jasmin, Anne-Marie Voisard est une journaliste retraitée du quotidien Le Soleil de Québec.


40es Prix du magazine canadien

Les candidatures sont actuellement acceptées à magazine-awards.com jusqu’au 20 janvier. Assurez-vous de soumettre vos oeuvres au plus ce vendredi 13 janvier pour profiter du tarif préférentiel.


Appel de candidatures – Prix d’excellence en publication numérique

fr-1

La FPMC a le plaisir de donner le coup d’envoi de l’édition 2017 des Prix d’excellence en publication numérique. Jusqu’au 31 janvier prochain, les candidatures sont acceptées en ligne à digitalpublishingawards.ca dans les 22 catégories de prix honorant les réalisations exceptionnelles des créateurs de l’industrie numérique au pays.

« Pour la deuxième édition du plus prestigieux concours de journalisme numérique, nous avons voulu intégrer plus de catégories pour répondre aux tendances émergentes dans la création de contenu au pays, » indique Nino Di Cara, président de la FPMC. En faisant preuve d’innovation, les publications canadiennes sont parvenues avec brio à capter l’intérêt des lecteurs en 2016 grâce à un journalisme numérique de grande qualité. Nous avons hâte de rendre hommage à la crème de l’industrie en juin prochain ».

Le concours des Prix d’excellence en publication numérique est ouvert tant aux éditeurs qui diffusent aussi sur d’autres plateformes (magazines, journaux, télévision, radio, notamment) qu’aux producteurs dont les publications desservent leur auditoire exclusivement sur plateformes numériques. Pour être admissibles à participer, les publications doivent publier du contenu en français ou/et en anglais et un comité éditorial doit être basé au Canada. Les candidatures acceptées doivent concerner des initiatives mises en œuvre et du contenu publié en 2016.

Les prix or ciblant les créateurs sont assortis d’une bourse de 500 $.

french-category-card-2

NOUVEAUTÉS

Fort du succès connu l’an dernier, le programme prend de l’expansion pour 2017. La sélection des catégories a été effectuée en fonction des recommandations du comité consultatif, des commentaires des participants et des juges et des membres du conseil d’administration de la FPMC. Les changements qui sont apportés au programme cette année reflètent les nouvelles tendances en création de contenu numérique

RÈGLEMENT ET ÉVALUATION

Règlement et critères d’admissibilité            Évaluation

Appel de juges

CANDIDATURES ET DATE LIMITE

Les candidatures sont acceptées en ligne à digitalpublishingawards.ca. Les frais d’inscription sont de 95 $ pour la plupart des prix (tarif préférentiel, en vigueur jusqu’au 20 janvier). La date limite pour soumettre des candidatures est le 31 janvier.

COMMANDITES

Pour toute question concernant une commandite, veuillez communiquer avec Barbara Gould, directrice générale à staff@digitalpublishingawards.ca ou au 416-939-6200.

DPA

À PROPOS DES PRIX D’EXCELLENCE EN PUBLICATION NUMÉRIQUE

Ce programme vise à souligner les réalisations exceptionnelles des artisans de cette industrie – journalistes, éditeurs, rédacteurs en chef, photographes, illustrateurs, réalisateurs, graphistes, monteurs, etc.) et à promouvoir sur la scène nationale la qualité du design et l’excellence du contenu produit par les publications numériques canadiennes.

Les Prix d’excellence en publication numérique sont présentés par la Fondation des Prix du magazine canadien, un organisme de charité enregistré qui gère le programme annuel des Prix du magazine canadien depuis 1977. La longévité de ce programme de prix témoigne de la solide réputation de la FPMC dans le domaine de l’organisation de concours littéraire et de journalisme. La Fondation fait preuve de transparence dans son processus d’évaluation, et ses normes sont rigoureuses et équitables. La Fondation est fière de présenter les Prix d’excellence en publication numérique, en collaboration avec les artisans de cette industrie.

Suivez-nous sur Twitter @prixnumerique

En marge, avec Simon Diotte

otp-diotte2
Photographie de Simon Diotte : L’actualité 

Simon Diotte a accepté de répondre à nos questions dans le cadre de la série « En marge », qui met à l’avant-scène des artistes et auteurs primés aux Prix du magazine canadien. Rédacteur en chef du jeune magazine Oxygène, il signe aussi des reportages de tous genres en tant que journaliste pigiste. Lauréat de la médaille d’argent dans la catégorie Voyages l’an dernier, il compte également à son actif deux mentions d’honneur.

Fondation des Prix du magazine canadien : Pour les non-initiés, présentez-nous le magazine Oxygène, et parlez-nous de vos lecteurs.

Simon Diotte : Nouveau venu dans le monde du plein air, le magazine Oxygène existe depuis 2013 et paraît deux fois par année. Il est distribué gratuitement à 25 000 exemplaires, à travers le Québec, principalement dans les boutiques de plein air. À la différence des autres publications du genre, qui traitent de tous les sports que l’on pratique en plein air (rando, escalade, ski alpin, surf, etc.), Oxygène se concentre surtout sur les classiques du plein air, soit la randonnée pédestre, le camping, le ski de fond et la raquette, activités que pratiquent nos lecteurs.

FPMC : Que vous est-il venu en premier : le goût de l’aventure ou de l’écriture?

SD : L’écriture. J’ai grandi en lisant le magazine L’actualité. J’adorais les reportages « territoire », comme on les appelle dans le jargon du milieu, qui explorent une région sous une thématique particulière. J’adorais notamment le journaliste Luc Chartrand, récompensé à maintes reprises aux Prix du magazine canadien. Je me souviens d’un reportage qui explorait les contrées sauvages de la Haute-Mauricie. En le lisant, je rêvais de me promener partout en régions éloignées, calepin en main. C’est pour cette raison que j’ai choisi le journalisme à la pige et que j’ai commencé à écrire des articles de plein air, ce qui m’a donné l’opportunité de partir à l’aventure. Paradoxalement, dans la vraie vie, je ne suis pas nécessairement un grand aventurier. J’aime davantage voyager dans un contexte professionnel, où je peux avoir accès, grâce à mon statut de journaliste, à des lieux et des personnes (comme les dirigeants d’entreprises, des politiciens, etc.) qui ne sont pas accessibles facilement aux communs des mortels. 

FPMC : En plus d’assumer le rôle de rédacteur en chef d’Oxygène, vous êtes aussi journaliste pigiste, et ce depuis une quinzaine d’années. Au fil des ans, vous avez signé des articles pour des publications aussi variées que L’actualité, Les affaires, Coup de pouce, Châtelaine ou Nature sauvage. Vous avez couvert une vaste gamme de sujets : finances personnelles, environnement et tourisme, pour n’en nommer que quelques-uns. Parlez-nous du processus de sélection des reportages que vous réalisez, et d’un sujet suscitant votre curiosité en ce moment qui fera prochainement l’objet d’un article.

SD : Même si j’adore faire des reportages axés sur l’aventure, je me considère comme un journaliste touche-à-tout, ce qui correspond bien à ma personnalité. J’aime autant parler du rendement des marchés boursiers que du dernier film d’un cinéaste réputé. Donc, mes goûts diversifiés se transposent dans mon travail.

Pour bien réussir sa vie comme pigiste, il faut être une machine à idées de reportage. Dès qu’il me vient en tête une idée, je la note immédiatement. J’essaie de la fouiller rapidement, histoire de voir si le sujet n’a pas déjà été couvert. Des fois, ça peut prendre des années avant que l’idée se métamorphose en reportage, faute de temps ou d’occasion. J’ai des tonnes d’idées en banque, mais il me manque du temps et du budget pour les faire ! Actuellement, je développe des projets de reportage sur la chasse. À suivre.

18664_31

FPMC : Votre reportage Sur les traces d’un écrivain voyageur vous a valu la médaille d’argent aux derniers Prix du magazine canadien. Vous n’étiez pas présent au gala remise de prix, mais vous avez rapidement réagi sur Twitter au moment de l’annonce. Quelle est la première chose qui vous est venue à l’esprit en apprenant la nouvelle?

SD : J’étais fier qu’un reportage, réalisé à titre de pigiste pour une petite publication québécoise, ait réussi à se démarquer à l’échelle canadienne, où il existe une panoplie de magazines de très grande qualité. J’ai souvent l’impression, en tant que pigiste, d’être David contre Goliath dans les différents concours journalistiques. C’est la preuve qu’avec audace et détermination, on peut quand même réaliser de bons reportages.  

17854_31

FPMC : Vous avez aussi obtenu une mention honorable pour votre texte Le ski change d’air, paru dans L’actualité. En 2014, vous aviez également remporté une mention honorable pour votre texte Rares et précieux champignons, publié dans la revue Nature sauvage. Quel impact ont ces distinctions à ce stade-ci de votre carrière?

SD: Après des années à la pige, j’ai connu quelques périodes de remises en question. Devrais-je arrêter ou continuer ? Les prix me confortent dans la décision de continuer de vivre de ma plume à la pige. Le travail indépendant me donne la liberté de réaliser les reportages que je veux. Les prix me donnent aussi confiance. Ils changent aussi notre statut auprès de nos clients. On prend du galon. 

16469_26

FPMC : L’industrie des magazines au Canada connaît de profondes transformations depuis quelques années. On a qu’à penser aux publications imprimées qui ont migré vers les plateformes numériques ou à l’annonce récente de la mise en vente des magazines francophones détenus par Rogers, notamment le magazine L’actualité, qui est la publication francophone la plus décorée aux Prix du magazine canadien. Dans un tel contexte, quelle est la clé du succès selon vous pour un journaliste pigiste?   

SD : Comme journaliste pigiste, la diversification est un atout majeur. Les publications me font confiance pour une diversité de sujets, car je crois que je suis assez polyvalent. Il faut aussi être créatif et proposer des idées de reportage qui sortent des sentiers battus. Mes reportages sont issus à 50 % de mes propres idées, et 50 % de commandes.

Cela dit, l’avenir ne s’annonce pas radieux dans le milieu journalistique, même pour les meilleurs pigistes. En raison de la baisse de leurs revenus, les magazines ont de moins en moins d’argent, ce qui a évidemment un impact sur le contenu. Comme la plupart des pigistes, je me demande si je vais pouvoir encore exercer ce travail passionnant d’ici quelques années.

Suivez le journaliste primé Simon Diotte sur Twitter à @sdiotte

fr-buttons-youtube-banner-jan20

« En marge » est une série d’entretiens avec des auteurs et artistes primés aux Prix du magazine canadien. Lisez nos entrevues avec Dominique Forget, Nicolas Langelier et Jean-François Proulx